Vous direz ce que vous voudrez : je reste convaincu que le Canada, pour l’immense majorité des habitants de cette planète, ça se résume à un tas de neige reposant sur une bonne couche de glace, avec des esquimaux qui chassent la baleine, des inuits qui chassent la phoque, et des bûcherons barbus portant des tuques en renards qui coupent du bois à la hache (mais non, ils chassent pas le renard : elle est morte la pauvre bête. Faudrait être un peu con pour porter un renard vivant sur le haut de son crâne) !

Une fois n’est pas coutume, le cliché populaire ne survit pas à la réalité : le Canada (en tout cas le Québec, autour de Montréal), en été du moins, c’est plutôt une espèce de serre géante, fleurie, verte, luxuriante même ! A croire que les 3 mois de temps potable servent là-bas de catalyseur à une furieuse envie de compenser les 9 autres de l’année.

Et passé la barrière de la langue (encore une fois, vous direz ce que vous voudrez, mais ils parlent pas vraiment le français, ces gens là. Une sorte de patois plus ou moins approchant, à la limite, mais tabernacle, un français ne se calicera jamais de quoique ce soit et faut vraiment qu’il soit tard et qu’il ait bien trop bu pour qu’il veuille crisser son camp…), même les habitants (vous savez ceux à la toque de renard) sont chaleureux.

Bref, grâce à une guide hors-pair, à son frère et à ses copines, qui se reconnaîtrons s’ils lisent ce truc (au passage, z’avez rien d’autre à foutre que surfer sur le web ???), voilà 10 jours de vacances, pas très reposant, mais oh combien agréables, qui se terminent. Maintenant va falloir reprendre une activité normale…

Chateau Frontenac

You’ll say whatever you want: I remain convinced that Canada, for the vast majority of the people living on this planet, can be summarized through a picture with a heap of snow laying on top of a thick layer of ice, with Eskimos hunting whales, inuits hunting seals, and bearded woodcutters with foxskin hats walking around huge forests with an axe (no no, they’re not hunting foxes: the poor beast is already dead. You got to be a serious dumbass to wear a living fox on your head.) !

And as expected, the popular cliché doesn’t stand the reality: Canada (at least Québec, around Montréal), at least in summer, is actually some kind of giant greenhouse. It seems like the 3 months of decent weather catalyse the furious will to compensate the other 9.

Once you manage to climb the obvious language barrier (once again, you’ll say whatever you want but those guys aren’t really speaking French. More like some sort of more or less French-rooted dialect), even the good Québec folks are warm and welcoming.

Anyway, thanks to an unmatched tourist guide, to her brother and to her friends, who know who they are if they are reading this (which make me think: don’t you have some more productive stuff to do, instead of surfing the web???), this 10-day vacation has been really wonderful. Now comes the hard part: going back to the usual routine…

 

1 commentaire

RSS:  Feed des commentaires
  • 1
    Gravatars

    Olivier de Montréal,    

    Tu te débrouilles bien, en québécois! A quand l’immigration? ;-)

Laisser un commentaire

 

 

 

 

Mes posts sont bourrés de coquilles et autres fòtes d'aurtografe. Pas le peine d'en rajouter : jetez un coup d'oeil à l'aperçu avant de poster votre commentaire.

  • Gravatars

    Auteur ,