Dimanche, c’était la grand messe américaine à la gloire du SuperBowl. Et sa collection de pubs (par franchement géniales d’ailleurs), son match de football interminable et les deux équipes dont, pour être franc, je me moque complètement, sont le parfait exemple du supra-évenèment américain qui me laisse entièrement de glasse.

La semaine précédente, Geogie se pliait volontier à une autre tradition inévitable du début d’année aux US : l’Etat de l’Union, sorte de discours de politique générale pendant lequel, tous les ans, le président en place, nous tartinne une bonne couche de promesses et de bonnes résolutions pour les 12 mois à venir.

Last Sunday, America alltogether became a megachurch to the glory of one single event, the Super Bowl. And its waterfall of ads (not exactly breath-taking this year), its awfully long game and its 2 teams, I, to be honest, couldn’t care less about, are the perfect example of the kind of american uber-events I don’t give a shit about.

The week before, Georgie took part of yet another unescapable traditional event of that time of the year in the US: the State of the Union. This speech of general politic is every year the time for the current US president to basically present his New Year’s resolutions to the country.

Voila le décors posé et vous allez me dire, c’est quoi le rapport ? C’est simple : les médias se sont trompés. Je m’explique…

Ils ont trouvé opportun de censurer Mick Jagger à la mi-temps du SuperBowl en coupant certaines paroles d’entre autres Start Me Up. Après tout, les pauvres producteurs télé ont droit à une surprise : un concert des Stones qui démarre par une chanson aussi inconnue que Start Me Up, c’était pas évident à prévoir. Je veux dire depuis 1977, il y a bien dû avoir au moins 2 ou 3 shows des Stones qui n’ont pas démarré comme ca… En un mot, pathétique.

So now the stage is set, what’s the link between those two things, you’re asking ? Simple: media made a mistake. Let me explain myself.

The media felt just fine about censuring Mick Jagger during the game half-time break by cutting out some lyrics of, among others, Start Me Up. But after all, those poor TV producers faced a nasty surprise: a Rolling Stones’ concert starting by a almost unknown tune as Start Me Up wasn’t really easy to expect. I mean, since 1977, there are probably a good 2 or 3 Stones’ shows that weren’t kicked off with this song. In a word, pathetic…

Mais tout ca n’est qu’une immense méprise. Une erreur de planning. Mes sources me disent que les censeurs avaient en fait été embauchés pour l’Etat de l’Union de Bush. Ils auraient en fait du beeper les conneries de Georgie, pas celle de Mick Jagger. Mais le boulot de censure sur le discours de Bush aurait été bien trop compliqué. Entre les platitudes un tantinet ironiques du genre “l’Amérique est accro au pétrole” sortant de la bouche d’un ancien accro à l’alcool, et la croisade que Bush lance contre les manipulations génétiques visant à créer des hybrides hommes-chèvres (ou tout autre animal en fait et, non, je ne plaisante pas), on aurait fini par couper les trois quart du speech de 2 heures alors à quoi bon… En un autre mot, lamentable.

But all this was just a huge misunderstanding. A scheduling mistake. Sources confirm that the censors were hired for Bush’s State of the Union speech. They should have beeped out Georgie’s bull shits, not Mick’s. But the task of censorship on Bush’s speech would have been too complicated. Between such ironic statement as “America is an oil-addict” coming from a former alcooholic guy and the new crusade Georgie is launching against the DNA experiments to generate human-goat hybrids (or any other animal for that matter and, no, I am not kidding), three quarter of the speech would have been cut out, so what would have been the point ? In another word, lame…

 

Laisser un commentaire

RSS:  Feed des commentaires

Laisser un commentaire

 

 

 

 

Mes posts sont bourrés de coquilles et autres fòtes d'aurtografe. Pas le peine d'en rajouter : jetez un coup d'oeil à l'aperçu avant de poster votre commentaire.

  • Gravatars

    Auteur ,