Parfois, on rencontre une erreur, cette bizarerie à laquelle la première réaction de notre esprit est la mise en doute. On doute une seconde que nos neurônes, peut être fatigués, ne se mettent à nous jouer des tours.

Et puis, à 8000km de distance, on se rend compte que la France n’est pas si loin. C’est bien BHL que l’on voit à l’écran. Il ne lui manque que son alter, puisque le bonhomme a toujours son ego, et qu’à défaut d’Ariel, c’est Dieu et Bono qui semblent à ces cotés.

BHL et Jon Stewart. A part leur confession, les deux hommes ont autant en commun que Christine Boutin et Pierre Palmade. Mais puisqu’il n’est plus de frontières au monde marketé moderne, Bernard touche les points chauds du P.A.T à la recherche de lecteurs pour son ode à Tocqueville.

Stewart présente BHL comme une star ultra populaire. Encore un attaché de presse qui mérite son salaire. Mais finalement, pourquoi pas. L’accent est certes à couper au couteau, mais la préstation n’est pas si calamiteuse que ca.

Mais sérieusement, des francais sur le cable US ? Jon Stewart veut vraiment coller un ulcer à Bill O’Reilly…

The Daily Show - January 26th 2006

La bannière pointe sur la vidéo et si besoin est…
The banner links to the videoand if need be…
K-Lite Codec Pack

Sometimes, it’s like you’re facing an error, an oddity your mind has to handle at first with doubts. You doubt for a second that your neurons, may be a little tired, are playing you.

And then, 5000 miles away, you realize France is not that far. That’s Bernad Henry Lévy you’re watching on your screen. He is only missing his alter, since the guy still has his ego, and while his wife, Ariel, isn’t there, he still has his good friends God and Bono around.

BHL and Jon Stewart. Apart from their faith, the two men have as much in common as Dick Cheney and Michael Moore. But since this modern marketed world doesn’t know any frontier, Bernard hit the hot spots of the american tv channels searching for more readers for his Walk in the footstep of Tocqueville.

Stewart introduces BHL as a tremendously famous star. Here is a Press Attaché who deserves a raise. But afterall, why not. The accent is 20-inch thick, but the interview didn’t go that bad.

But in all seriousness, french guys on US cable ? Jon Stewart is really playing with Bill O’Reilly’s ulcer…

 

Laisser un commentaire

RSS:  Feed des commentaires

Laisser un commentaire

 

 

 

 

Mes posts sont bourrés de coquilles et autres fòtes d'aurtografe. Pas le peine d'en rajouter : jetez un coup d'oeil à l'aperçu avant de poster votre commentaire.

  • Gravatars

    Auteur ,