Rupert Murdoch
Keith Rupert Murdoch. C’est son nom. News Corporation celui de sa boite. L’australien est surtout connu pour ces journaux papiers (du Sunbritish, au New York Post US), son studio de cinoche (20th Century Fox), et ses chaines de téloche (du satellitaire BSkyB, au fameux Fox News Channel, en passant par le bien plus respectable, National Geographic Channel).

Mais le monstre médiatique vient de se diversifier encore un peu plus en achetant IGN Entertainment, une compagnie responsable de sites web allant du jeux vidéo (IGN.com ou GameSpy.com) au site, “pour nous, les hommes”, AskMen.com.

Le truc qui me gratouille dans l’histoire, c’est le symbolisme de l’emprise (empire ?) toujours plus grande que Murdoch prend, au fil des ans sur la vie du terrien moyen. Dans le mois qui viens de s’écouler, si vous vivez dans un pays anglophone, de l’Australie à l’Ecosse, de la Nouvelle-Zélande aux US, vous avez vu un film produit par Murdoch, ou lu un journal éditer par Murdoch, ou regarder un programme TV financé par Murdoch, diffusé sur une chaîne appartenant à Murdoch…

Et bientôt, le web lui appartiendra un peu aussi. Bien sûr, on l’y trouvait déjà sur les divers sites officiels des compagnies News Corp. Mais avec le rachat d’IGN, Murdoch se paie une porte sur un public bien différent.

Alors où est le problème ? Disons que Murdoch et les rejettons de News Corp.n’ont jamais vraiment été des exemples d’impartialité et d’honnéteté journalistique. Fox News n’est plus vraiment qu’un canal quasi officiel de la propagande républicaine US, le Sun ressemble plus à un torchon assoiffé de sang, de sexe et de scandales en tous genres qu’à un journal digne de ce nom, et la 20th nous a dernièrement offert les très réussi (sic) Mr & Mrs Smith et Fantastic 4. Pas réllement ce que l’on peut appeler du grand cinoche.

Bref, lorsque Murdoch étant ses griffes sur le web, ça n’a pas vraiment tendance à me rassurer sur le potentiel informatif, culturel et communicatif de la toile…

 

2 commentaires

RSS:  Feed des commentaires
  • 1
    Gravatars

    translated,    

    Rupert Murdock… depuis que j’ai quitte la France pour l’Angleterre, et maintenant l’Australie, c’est comme ca que j’aime me representer le diable.
    Le Sun, Fox news, Sky…mon dieu.
    Ici, dans son pays natal (il est maintenant plus americain qu’australien), on ne s’inquiete pas de la qualite des medias qu’il orchestre. Ce qui interesse les gens, c’est plus ses incroyables qualites de business man (les gens tres riches, ca fait rever les gens riches), son beau gosse de fils qui s’est marie avec un manequin pour sous vetement. C’est ca qui est important, le reste tout le monde s’en fout. Bande de c…

  • 2
    Gravatars

    Arno,    

    Arg : je ne vit qu’à San Francisco alors j’ai sans doute droit à une version édulcorée du superficialisme de la Californie du Sud, but I hear you, no question !!!

Laisser un commentaire

 

 

 

 

Mes posts sont bourrés de coquilles et autres fòtes d'aurtografe. Pas le peine d'en rajouter : jetez un coup d'oeil à l'aperçu avant de poster votre commentaire.

  • Gravatars

    Auteur ,