Aujourd’hui, l’ami Georgie devrait signer un projet de loi qui, pour des raisons bassement énergétiques, devrait avancer, en 2007, le passage à l’heure d’été de 3 semaines, et reculer le retour à l’heure d’hiver d’une.

Sur le papier, l’économie en éléctricité devrait permettre un allégement de la note de frais plus que relatif avec seulement quelques étourdis de plus en retard au boulot ce jour-là, faute d’avoir réglé leur réveil.

Sauf que. Ce changement complètement imprévisible jusqu’ici (contrairement au passage à l’an 2000) risque de coûter cher à certains secteurs de l’industrie. Des magnétoscopes qui loupent le départ du dernier Alias ou Lost, aux compagnies de téléphones qui vous “offrent” une heure de plus sur la partie Soir et Week-End de vos forfaits, d’une bonne partie des Windows du monde qui vont devoir se faire patcher aux gros serveurs de calendrier, base de données ou autres qui vont partir foobar, les petits problèmes risquent d’être nombreux. L’électronique étant partout, le secteur qui doit bénéficier de la mesure n’est pas épargné et les compagnies éléctriques commencent à se demander comment être sûres de gérer les heures creuses correctement.

Du coup c’est un peu l’effervescence dans la baie. Mais pas du coté ingénieurie… Non non non. Ce sont les marketeux de ce monde qui se frottent les mains. Ils avaient réussi à faire bouger 200 milliards de dollars pour Y2K. Ils éspèrent, au moins à l’échelle US, récidiver. Et quand il s’agit d’être alarmiste et grandiloquant, on peut leur faire confiance.

Attendez vous donc, à voir fleurir les stickers “Y2K7 Ready” et autres pubs pour des certifications hautement scientifiques et complexes, appliquées à votre téléphone portable, que vous aurez changé trois fois d’ici là… Ca frise le ridicule. Non en fait, ca l’est vraiment, ridicule.

Il n’y aura pas de missiles qui partiront tous seuls, et les Windowsiens US feront comme ceux de Jérusalem par exemple : ils changeront l’heure à la main (explication pour les geeks : Crosoft, dans son immense bonté, n’a pas encore codé le changement d’heure automatique israélien, basé sur le calendrier lunaire juif).

Et tout ca pour redorer le blason environment-friendly d’un Georgie en perte de vitesse constante depuis le debut de l’année. Qu’il aille signer Kyoto ou Rio de Janeiro, et là, promis, j’arrète les sarcasmes.

 

4 commentaires

RSS:  Feed des commentaires
  • 1
    Gravatars

    louiz,    

    on sent vraiment ton engagement dans tout ca, j’ai vraiment l’impression d’etre bete ou du moins pas assez intelligente pour me rendre compte de la gravité des problemes que cela peut engendrer.
    d’autre part tout ce qui touche de pres ou de loin à l’electronique me depasse, c’est donc vraiment bluffant pour moi de te lire.

  • 2
    Gravatars

    Arno,    

    louiz,

    Tout ca est bel et bien bourré de cynisme : certains journaux, notamment locaux, mais pas seulement, que je ne citerais par bonté d’âme, nous ont offert une première page sur le sujet ce matin. Et pourtant, comme vous le dites, tous ça confère plus de la grosse blague qu’autre chose.

    Ne voyez donc rien de sérieux dans mes mots, autre que le fait, encore une fois, que la machine marketo-mediatique US va sans doute encore nous vendre cette plaisanterie sous les traits d’un cataclysme potentiel, histoire de surfer sur le concept du Qui-fait-peur-vend.

  • 3
    Gravatars

    Tomate Farcie,    

    Arno: “…Et tout ca pour redorer le blason environment-friendly d’un Georgie en perte de vitesse constante depuis le debut de l’année. Qu’il aille signer Kyoto ou Rio de Janeiro, et là, promis, j’arrète les sarcasmes.”

    Arreter les sarcasmes? Et nous priver du plaisir de te lire? Ah, non, alors! Ce serait vraiment dommage!

  • 4
    Gravatars

    Arno,    

    No worries, Tomate : figure de style. Et merci pour ce gentil mot !

Laisser un commentaire

 

 

 

 

Mes posts sont bourrés de coquilles et autres fòtes d'aurtografe. Pas le peine d'en rajouter : jetez un coup d'oeil à l'aperçu avant de poster votre commentaire.

  • Gravatars

    Auteur ,