Let's free P2P
La cour suprème a tranché. Elle a tranché et répondu à la question que nous nous sommes tous posé un jour : l’argent peut-il tout acheter ?

La cour suprème US a donc rendu son verdict, à l’unanimité, aujourd’hui et le jugement va dans le sens des maintenant plus que jamais toutes puissantes MPAA et RIAA, et rend responsables les sociétés distribuant des logiciels de partage de fichiers pour les infractions aux lois gérant le copyright perpétrés par les utilisateurs.

Et même si la cour suprème a rappelé que ce jugement ne portait que sur les logiciels de StreamCast et Grokster, le mal est fait et le grotesque lobbying version bulldozer des champions d’Hollywood risque de faire s’effrondrer toute une façade du web.

Bien sûr, Grokster, Morpheus, KaZaA ou eDonkey servent, entre autres choses, à certains, au téléchargement de la version DivX du dernier Batman ou du dernier album de Gorillaz. Bien sûr la pornographie reigne en maître sur beaucoup de ces réseaux. Et je suis même convaincu qu’il existe un nombre incalculable de pédophiles qui y distillent leurs horreurs.

Mais le fait qu’un Viper, un monstre de plus de 500 chevaux, puisse tutoyer les 320km/h ne rend pas Dodge responsable du fait que certains furieux se feront prendre par un radar à cette vitesse. On trouverait ridicule que Maison du Café se voit interdire l’import-export de café sous prétexte que, peut-être, certains traficants de cocaïne pourraient éventuellement utiliser ce même café pour déplacer leur marchandise. On s’étrenglerait si la cour suprème interdisait à United Airline le survol du sol américain parce que les 747 et autres A340 peuvent se réveler être des armes dévastatrices.

Et si beaucoup espèraient que la jurisprudence Bétamax (qui déclarait, au début des années 80, Sony non-responsable des usages frauduleux qui pouvaient être fait de son magnétoscope concurrent du VHS) allait prévaloir, la cour suprème, sous la pression des lobbys du show-business, a craqué et joue la carte de l’absurde.

Du coup, c’est tout une partie du web qui serait à revoir, de Blizzard et sa façon de distribuer les mises à jours de World of Warcraft (le jeu online aux plus de 2 millions d’abonnés utilise une technologie BitTorrent) aux téléchargements des distributions Linux Fedora (anciennement Redhat) ou Mandrake.

Demain, je présente un dossier devant la cour suprème contre les descendant de Christopher Latham Sholes, l’inventeur du clavier Qwerty, que je tiens pour responsable des crampes que je suis en train de me choper, à écrire tant de conneries, à propos d’une décision grotesque, technicide et partisanne, émanant de ce qui, officiellement, se fait de mieux en matière de justice US…

 

3 commentaires

RSS:  Feed des commentaires
  • 1
    Gravatars

    Jérôme,    

    Tu oublies l’argument le plus imparable, Arno :
    on ne peut pas tenir les fabriquants d’arme responsables pour tous les meurtres à arme à feu commis aux USA chaque année !!
    Là-dessus, je serais prêt à encaisser l’ineptie de ce jugement (qui doit cependant aller en “lower court” maintenant).

    Bon, je voulais adresser la question sur mon blog. Je vais devoir trouver un autre angle d’attaque ;-)

  • 2
    Gravatars

    Arno,    

    Le problème des armes à feux… Coment ai-je pu l’oublier ?

    Reste que ce jugement est complètement dépourvu de sens d’un point de vu purement technique : il n’existe aucun moyen sûr et viable techniquement de stopper la propagation de fichiers illégaux, DivX, MP3 et autres sur ce type de réseaux.

  • 3
    Gravatars

    ChMax,    

    C’est vrai ! Vous avez raison…

    D’ailleurs, puisque désormais ça se passe comme ça, je vais aller faire un procès à Dynastar pour m’avoir vendu des skis qui m’ont tordu le genou… Na !

Laisser un commentaire

 

 

 

 

Mes posts sont bourrés de coquilles et autres fòtes d'aurtografe. Pas le peine d'en rajouter : jetez un coup d'oeil à l'aperçu avant de poster votre commentaire.

  • Gravatars

    Auteur ,