C’est une maison bleue
Adossée à la colline
On y vient à pied, on ne frappe pas
Ceux qui vivent là, ont jeté la clé
On se retrouve ensemble
Après des années de route
Et l’on vient s’asseoir autour du repas
Tout le monde est là, à cinq heures du soir
Quand San Francisco s’allume
Quand San Francisco s’embrume
San Francisco, ou êtes vous
Lizzard et Luc, Psylvia, attendez-moi
[...]

Le plus belle chanson parlant de Frisco est francaise. Alors finalement, un frenchie, qui vit près de SF, qui trouve sa bouille sur un blog du Monde et un Professeur Hrundi, géographiquement contrarié, qui s’égarent en concours de contenant, moi franchement je trouve pas ca si dingue que ca.

Et puis venez pas râler que vous comprenez rien au paragraphe précédent : il est tard ici et la chanson est jolie, alors…

 

1 commentaire

RSS:  Feed des commentaires
  • 1
    Gravatars

    Hrundi,    

    Et même que moi à l’épreuve de dessin du bac j’avais pris le sujet “Illustrer le premier vers de la chanson de le Forestier”. Problème y’avait une coquille (authentique !) > ” C’est une maison bleue adressée à la colline”. J’avais dessiné une enveloppe avec un joli timbre, écris “Colline – San Francisco” et j’ai eu mon bac. Depuis ça va mieux puisque Colline Reine se contrepète en Corine Lesnes. Comme quoi y’a de bonnes ballades.

Laisser un commentaire

 

 

 

 

Mes posts sont bourrés de coquilles et autres fòtes d'aurtografe. Pas le peine d'en rajouter : jetez un coup d'oeil à l'aperçu avant de poster votre commentaire.

  • Gravatars

    Auteur ,